Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tu avais raison, il faut parfois être égoïste.

par chroniquesterriennes.over-blog.com 20 Juillet 2014, 16:33

Tu avais raison, il faut parfois être égoïste.

Ils sont tous partis. Je ne sais pas trop où ? Sur des plages éloignées où l’on se fait roussir ? A la montagne sur des chemins escarpés ? Dans des campagnes aux maisons de pierres, au goût d’intemporalité ? Les rues se sont vidées, sur les routes ne rugissent plus les monstres de métal.

Dans les villes, quelques âmes égarées, des fantômes errant dans un silence pesant.

Paris somnole sous un ciel versatile, tantôt s’habillant d’un bleu resplendissant, tantôt d’un vêtement de coton et fondant en larmes au moindre souffle de vent.

Je suis sourd aux soubresauts de l’actualité, Je ne supporte plus rien, je me détache et je rentre dans ma bulle.

Je dessine un univers plus accueillant, viens ma belle rejoins-moi !

J’ai jeté les scories de ma vie, oublié les sirènes sur leurs rochers. Je ne suis plus sensible à leurs chants.

J’ai balayé les détritus qui empoisonnaient mon esprit, de l’ombre je suis passé à la lumière.

Plus besoin de me munir d’un masque, je n’ai plus la force, ni le moindre courage de composer.

Ainsi à découvert, je m’expose aux vilénies !

Tu me traces un drôle de chemin, tu as fait tomber mon armure !

Tu as fait ressurgir la splendeur dans la banalité des journées qui passent.

Je ne marche plus, je vole. Au-dessus des petitesses !

Quelle mélodie allons-nous composer, allongés sur ce nuage ?

Ainsi je m’étais fourvoyé, ce gris tu l’as gommé. Tu es magicienne ?

Les âmes me murmurent à quel point elles m’aiment, je ne suis pas habitué.

Les portes ne se ferment plus, bien au contraire, elles restent ouvertes.

C’est radieux après tant de batailles, de serrer contre soi ceux qu’on aime.

Quelle confusion ! N’aurions-nous pu éviter ces souffrances ?

Je me relève, les murailles tombent une à une !

Je sens ton souffle, tu approches ton visage.

Tes mains qui voyagent sur mon corps.

Je m’élève toujours plus haut, le monde sous mes pieds je ne le vois plus.

Tu avais raison, il faut parfois être égoïste.

Texte Protégé
Copyright © 2014
Ricardo SANTIAGO

commentaires

Haut de page