Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Histoires d'un dimanche

par chroniquesterriennes.over-blog.com 30 Novembre 2014, 16:58

HISTOIRE D'UN DIMANCHE !

Dimanche, pas rasé, temps maussade. 

Il fait froid, MAIS, je suis courageux, MAIS, je veux garder une silhouette d’adonis !

Quelques minutes plus tard, tenue de guerrier, short, baskets, sweet capuche !

Quelques foulées, des admiratrices hurlent mon nom, amassées sur le trottoir.

Les gendarmes sont débordés ou incompétents (rayez les mentions inutiles),  me voici pourchassé par des dizaines, que dis-je ?, des centaines de furies, dont l’unique but et de profiter de mon corps. 

En même temps, ça m’entraîne, j’accélère, les biches, les cerfs, lièvres et marcassins lèvent leurs pattes pour m’encourager.

Les hystériques ont été semées. 

150 kilomètres plus tard, je rentre chez moi, les forces de l’ordre matraquent encore quelques ingénues.

L’eau ruisselle sur ma peau, sous la douche, les oiseaux m’accompagnent de leurs mélodies.

Puis, les ailés m’apportent mon peignoir.

Interrogations en faisant glisser mon caleçon le long de mes jambes. 

Que vais-je faire ?

C’est dimanche, nous sommes dans un coin perdu, c’est la mort du petit cheval blanc, tous derrière et lui devant en attendant le printemps.

Pourquoi ne pas être un chasseur, treillis, rangers, fusil à pompe, couché en chien de fusil, la première mouche qui se présente, je lui troue sa peau d’insecte ?

Nous sommes en hiver, malgré tout elles bourdonnent encore. 

Quatre heures à patienter, enfin une mouche apparaît, je la fixe,  lui envoie un pruneau en plein cœur, elle s’écrase à mes pieds !

Ennui....

Discutions avec mon hamster. 

Il n’a rien à me dire, que voulez-vous qu’il raconte ?

Allez !  Magnétoscope, cassette de Rocco X freddy !

Mon idole !

Le seigneur des histoires sans queue, ni tête, quoi que…

Une fesse par-là, un saint par ci, scénario médiocre. 

Freddy  a de la ressource, souple, souple aux légumes. 

Les dialogues manquent d’épaisseur.

PFFFFFF !!!! 

Stop ! 

J’arrache des pétales de fleurs dans la maison. « Je m’aime, un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout »

A ce moment du récit, mes lecteurs ont fui. 

Dernier pétale, « pas du tout ».

Je me dispute, je claque les portes, je veux me séparer de moi, puis je me retrouve, je me fais l’amour.

Effondré dans le lit, après des heures de passion avec moi, je m’endors.

Lundi, j’ouvre un œil, pas content de ce texte écrit la veille. 

J'efface tout. 

Vous ne la lirez jamais. 

Ricardo SANTIAGO, décembre 2014

commentaires

Haut de page