Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sans compter le nombre des années

par chroniquesterriennes.over-blog.com 17 Mai 2015, 09:19

Je longe le lac opaque, mes ailes tracent des dessins sur l'onde

Je suis libéré des chaines qui m'entravaient

Je te rejoins mon amour

Ces quelques années sans toi furent une interminable torture

Ton rire, tes caresses, tes baisers, sur mon ile de désolation, petit à petit, je m'éteignais

L'amour des miens n'a guère atténué la souffrance du quotidien sans ta présence

Dans la maison devenue froide, je cherchais en vain un endroit où me réchauffer

Tu t'es endormie, un soir pour ne plus revenir

Ma belle au bois dormant, j'ai tenté de te réveiller avec les larmes de mon âme

Mais ma superbe, déjà, tu étais loin.

Pourtant je sentais ton parfum, comme une présence

Parfois, un souffle sur ma peau, j'imaginais mon ange que c'était toi

J'étais devenu un vieux Monsieur qui n'avait plus que ses souvenirs

Parfois, j'écrivais pour soulager ma douleur

les mots me plongeaient dans le passé

Vers ces jours heureux où nous étions deux

Le monde aurait pu tomber en miettes, peu m'importait, du moment que tu étais là

Aujourd'hui, mon image se reflète sur le tapis d'eau

J'ai cette liberté de m'envoler et au bout de ce tunnel lumineux tu m'attends

Tu n'as pas changé, tes yeux immenses m'attirent comme des aimants

Ici, pour l'éternité, je sais que nous seront amants

Mes proches sont à tes côtés, j'ai tant à leur raconter

Tant d'amour à leur dispenser

Tu me tends la main, tu m'approches contre toi

Je suis plus vivant que jamais, loin des secousses d'en bas

Enfin, mon bonheur est complet sans compter le nombre des années

Protégé Copyright © 2015 Ricardo SANTIAGO

Sans compter le nombre des années

commentaires

S
Très poignant ton écrit Ricardo... En le lisant, je le vis, je le ressens... Beaucoup de frissons, d'émotion presque les larmes... Merci d'offrir à tes lecteurs autant de sensations... Bonne journée Ricardo, bises.
Répondre

Haut de page