Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La musicalité de mon coeur.

par chroniquesterriennes.over-blog.com 19 Novembre 2015, 18:19

Je compte les nuages, un ! deux ! trois !

Les gens me prennent pour un fou, j'assume !

Voyez-vous ? Mon regard est saturé de barbarie.

Que de laideurs ! Notre quotidien est construit de grandes peurs !

On tue des enfants, pouvez-vous imaginer cela ?

Des déments fauchent des vies en criant.

J'erre dans un village déserté.

Où sont les larmes du ciel, loin, très loin des armes du fiel ?

Ici, je croise des âmes égarées.

Sur un banc, elles me racontent les guerres passées.

"S'il vous plait, narrez-moi plutôt les heures enjouées"

Quand deux mains s'approchent, que deux souffles se mélangent.

Les cheveux caressés par le vent, la nature pour seul décor.

J'aime ces peintures et ces personnages aux joues roses.

Un canotier légèrement de côté, je traverse les époques.

Des bombes tombent crachées par des corbeaux de métal.

Entendez-vous le bruit des bottes ?

Les anges de pierre écoutent les dernières prières.

Qui veut anihiler mes jolies images ?

Je souffle et hop ! Le Seigneur Soleil apparait et ce n'est plus pareil.

Les tanks aux chenilles monstrueuses n'ont jamais existé.

Sabre au clair de lune, mon ami Pierrot prête moi ta plume pour gommer mes maux.

Fleur au fusil, embrassons-nous, nous ne sommes guère différents.

Ta religion, ton Dieu, je les respecte mais ne me les impose pas !

Nous sommes un arc-en-ciel de couleurs, nous sommes frères !

Aimons-nous, malgré nos différences qui sont une chance et non une entrave !

La vie est courte, allons-nous la passer à nous entretuer ?

Les gros bateaux sont des refuges pour les oiseaux.

Ils n'apportent plus l'odeur du canon.

Petit marin qui fend l'onde où dansent les dauphins.

Oui ! Oui ! redevenir un enfant, pas le moindre bleu à la récréation.

Pas besoin de gagner des millions pour jouer au ballon.

Ton genou est écorché laisse-moi le soigner.

Je n'aspire qu'à l'innocence, la paix et pour chacun un peu d'abondance.

La télévision est fermée, plus d'images d'explosions !

Ma folie me protège de cet endroit de malheurs.

Je reste, ici, bercé par le passage des heures…

J'écoute la musicalité de mon coeur.

Texte Protégé Copyright © 2015RicardoSANTIAGO

La musicalité de mon coeur.

commentaires

Haut de page