Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le dernier voyage

par chroniquesterriennes.over-blog.com 19 Novembre 2015, 18:16

L'été agrippe l'automne. S'impose une dernière fois.

Il veut survivre encore.

Malgré la douceur dispensée, les feuilles mortes jonchent le pied des arbres.

Les nuages se mettent au diapason, pas de gouttes de pluie, une simple couverture grise, trouée, parfois, par des morceaux de ciel bleu .

La journée est belle, c'est la fin de la semaine.

La soirée s'annonce clémente.

Que pourrait-il arriver de terrible ?

Le ciel, désormais, est constellé d'étoiles qui scintillent comme un hommage à la vie qui grouille plus en bas.

Paris, habillé de ses habits d'éternité nous offre sa splendeur à chaque coin de rue.

Je toise des filles souriantes qui déambulent gracieuses, j'admire leur plastique avec beaucoup de pudeur.

j'ai le cœur battant, j'imagine des lendemains qui chantent.

Nous sommes installés à la terrasse d'un café, mes amis et moi.

Nous plaisantons avec le serveur, nous rions, heureux d'être réunis ensemble.

Paris la nuit, c'est mille histoires d'amour, Paris pour toujours.

Pourquoi mon esprit vagabonde-t-il jusqu'à ma pauvre maman disparue ?

Un ange passe.

Les êtres ailés, nous apportent leur protection.

Rien ne viendra nous atteindre. Nous sommes sereins..

Je ne les ai pas vues immédiatement, ces envoyés des enfers, ces monstres, ces barbares.

Mon regard a croisé les yeux de l'un d'eux, froids comme la mort...

Les armes ont déchiré le brouhaha, violemment.

Je les entends hurler et je vois mes camarades tomber un par un, comme emportés dans une danse macabre.

Le serveur, si aimable, est plongé dans une marre pourpre.

Les verres explosent en millier d'éclats assassins.

Une douleur atroce se saisit de tout mon corps.

Le nez contre le trottoir glacial, le monde chavire, des pas, des hurlements tout autour de moi.

La peur, la douleur, des grimaces de souffrance, mes mains qui baignent dans ce liquide tiède qui se déverse de mon être.

Des images défilent.

Comme un film en accéléré.

Des instants de joies passées, mes enfants, ma femme, ma famille.

Mes joues sont humides d'eau salée, flot de d'affliction et d'adieux.

Puis...la fuite vers un ailleurs que je perçois paisible et éternel.

"Maman ! Il est où Papa ? Pourquoi il ne vient pas ?"

Elle observe son portable, compose de nouveau le numéro de son époux.

Pour seule réponse, un horrible silence qui broie son coeur d'une violente angoisse.

Texte Protégé Copyright © 2015RicardoSANTIAGO

Le dernier voyage

Haut de page