Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE PREMIER VOYAGE

par chroniquesterriennes.over-blog.com 27 Mars 2016, 18:15

Ma mère me traîne dans une rue qui grimpe sous la canicule du mois d'août.

Le voyage en train de Paris à Barcelone fut cauchemardesque.

Nous avons dormi dans le couloir du train.

Plus de dix heures de voyage dans ce serpent de métal bruyant, brinquebalant, où,  à aucun moment le sommeil ne m'a gagné.

L'accablement  me pèse...

Nous nous étions assis sur une banquette mais ma mère, faute d'agent, n'avait pas réservé de places.

Vite chassés, nous étions partis la tête basse..

Une cinglante humiliation. 

Où allons-nous ?

Le bus  a stoppé dans une ville maussade où s'alignent  des immeubles grisâtres. 

Santa Coloma, le nom de cet endroit est plaisant, mais ce n'est qu'une banlieue dortoir de Barcelone.

J'étouffe,  voudrais me reposer, je geins, nous nous arrêtons devant un bâtiment.

A l'intérieur, un escalier grimpe, des odeurs de mets inconnus m'assaillent , j'ai la sensation d'être dans une autre dimension. 

Mes petites jambes souffrent, je pleure, presque, nous parvenons au sommet, sixième étage.

Elle sonne, la porte se lamente, une silhouette magnifique se découpe dans l'encadrement. 

Qui est cette femme au visage d'ange ?

L'inconnue me sourit découvrant des dents qui ressemblent à des rangées de perles.

Sur ma joue, elle dépose un baiser, je boude encore, ma mère me la présente, enfin !

" C'est ta soeur Geneviève, me dit-elle"

C'est la toute la première fois que la vois, sa vie est en Espagne et la mienne en France.

Aux histoires de grands, je ne comprends rien si ce n'est que nous ne sommes pas du même papa.

J'entre intimidé, les conversations me paraissent mystérieuses.

L'espagnol, je ne le comprends pas. 

J'avais donc une famille ?

Deux sœurs, un frère, des tantes, des oncles comme tout le monde ?

A Paris, nous ne vivons que  maman et moi, je découvre, fasciné, mes racines hispaniques.

Assis sur la banquette, je regarde la télé, la faim me tenaille. 

Dehors, le soleil darde, la chaleur est oppressante, les rideaux sont fermés jetant  quelques ombres réconfortantes.

De la cuisine, des senteurs agréables parviennent vers moi et attisent ma gourmandise.

Geneviève réapparait avec un bol de chocolat, elle me le tend, je m'en saisis.

Mes yeux s'écarquillent, ce doux nectar épais et parfumé me redonne un peu de joie .

Cet univers commence à m'être familier, le salon est d'une propreté maniaque, pas le moindre grain de poussière.

Ma soeur discute avec ma mère, elle a une voix douce qui me berce un peu.

L'épuisement me submerge , je m'enfonce plus profondément dans la banquette,  guidé vers mes chimères.

Les tracas de mon odyssée s'émiettent , j'ai une famille…

Texte Protégé Copyright © 2016 Ricardo SANTIAGO

LE PREMIER VOYAGE

commentaires

Haut de page