Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UN SAMEDI ALORS QUE TU ÉTAIS ENDORMIE.

par chroniquesterriennes.over-blog.com 25 Juin 2016, 14:27

« Ma sucrerie, mon pêché mignon, ma poupée de porcelaine, laisse-moi encore t’aimer »

Sur ce banc, dans ce parc, parmi les saules pleureurs, sous la voûte bleue, je visite les profondeurs de ton âme.

Les écureuils sont bien plus curieux que les badauds pressés qui filent stressés vers leur vie agitée.

Nous nous embrassons, Je ne domine pas ta langue farouche, tu es la maîtresse de mes sentiments.

Lorsque nos bouches se séparent, tu me dépeins des contrées mystérieuses auxquelles je n’ai pas accès.

Nous quittons notre gradin pour nous réfugier dans l’une de nos maisons.

Au milieu des vitraux qui nous rassurent, les icônes ailées nous accompagnent dans notre introspection.

Il est si simple de s’évader pour rejoindre l’amour et la paix.

Avant de te connaître, enfermé entre quatre murs, je m’éteignais, flamme vacillante, vulnérable.

Ma grande âme, main dans la main, mot après mot, maux contre maux, nous allons vivre grand !

Texte Protégé Copyright © 2016 Ricardo SANTIAGO

UN SAMEDI ALORS QUE TU ÉTAIS ENDORMIE.

Haut de page