Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE RECIT N'EST PAS FINI

par chroniquesterriennes.over-blog.com 25 Janvier 2017, 21:59

Je ne déambulerai plus dans ce quartier.

A quoi bon ?

Qui retrouver ?

Quelques fantômes, ?

Le papier peint qui se décolle ?

L' humidité ?

Les gouttes qui roulent le long des tuyaux ?

Le plancher était mité, grinçant.

Sinistres plaintes macabres sous mes pieds.

Des fenêtres brisées s'échappaient les démons du passé !

Tu me consoles, tout contre toi, bambin égaré dans ses souvenirs.

" N'y pense plus ! " , me susurres-tu.

Tourne ma cuillère dans un bol de café au lait.

Un fruit pour tout repas !

Retour au lycée , on m'interpelle, " Pourquoi es-tu toujours habillé pareil ? "

Je fais le fou afin d'amuser la galerie et ne pas répondre aux questions embarrassantes.

Retour dans mon immeuble cafardeux, des drogués errent tels des zombies, rue Désargues.

Le soir, impossible de faire mes devoirs avec la télé allumée.

Ma mère a bien le droit de se détendre après une dure journée à l'usine ?

L'appartement est décidément bien trop petit !

A 6 heures du matin, une fois seul, je fais mes devoirs.

Je sors mes bouquins !

Les mathématiques, des X, des Y, des +, des - ????

Rien ne rentre dans ma tête, les formules m'épuisent.

Vite ! Ecrire une rédaction, des mots, des mots pour enterrer la misère !

Les profs de français m'apprécient, mes notes rendent jaloux mes camarades.

Pourtant je ne lis pas ou si peu…

Avec maman, achat à crédit au Monoprix de Chaussée-d'Antin.

C'est bien les cartes de crédit pour se nourrir !

Malgré les taux d'intérêts très élevés !

En dévorant du chocolat sur la table de camping, je lis Strange !

Spiderman, Iron man, Daredevil, les X-Men me sortent de mon quotidien.

Mon libraire s'appelle Ludo, il accepte que je règle mes revues plus tard.

Sa librairie est le lieu de rendez-vous de mes potes espagnols.

Discussions sans fin, rires !

Au fond ? La vie est belle !

Les cendres volent, gracieusement, puis se glissent dans les interstices de la grille !

Elles sont entrainées par un ruisseaux.

Dieu sait où ?

C'est fini ? " Adieu ! Maman "

Quand on est grand on ne pleure pas.

Mais moi ! ?

Ne suis-je pas resté un homme enfant ?

D'un coup, comme on effacerait de la craie sur un tableau noir, mon vague à l'âme disparait.

Je fais un peu la moue et beaucoup l'amour !

Les bras en croix, j'admire le plafond.

Dans mon église, je prie, moi qui n'ait pas été baptisé !

Deux anges gardent l'entrée de l'église Saint-Jean.

Dès que j'arrive, une caresse sur leurs bras.

Quand le froid est trop présent, c'est dans la chapelle que je me réfugie.

Aujourd'hui, la grande âme est ailleurs.

Je traîne mon boulet d'interrogations, de préoccupations…

A qui me confier, vers qui me tourner ?

Paris me balade à l'infini, mon récit n'est pas fini.

 

Texte protégé Copyright © 2017 Ricardo SANTIAGO

LE RECIT N'EST PAS FINI

commentaires

Haut de page