Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MA VIE 23 (Mary à tout prix )

par chroniquesterriennes.over-blog.com 27 Mai 2018, 13:11

MA VIE 23 (Mary à tout prix )

La nuit a un aspect ténébreux, opaque, tes talons claquent sur l’asphalte.

Tu as une démarche féline, j’admire ta grâce, déguste du regard ta silhouette.

Les jours précédents furent cruels.

Mes dernières espérances étaient tombées.

Pourtant, c’est l’espoir de te voir qui m’avait empêché de sombrer.

Ta jupe est soulevée par un vent complice dévoilant des jambes longues au teint laiteux.

Tu te dresses face à moi. 

Nos lèvres frémissent, ta langue est intrusive, conquérante, elle investit mon palais.

Mes mains glissent sur tes cuisses exquises, remontent sur tes collines de satin.

Ton triangle d’or est tiède et accueillant.

Lentement, alors que tu es adossée au mur, vibrante, je me nourris de ton miel.

Tes miaulements sont l’expression de ta concupiscence, ils attisent ma gourmandise.

Nos vêtements sont éparpillés aux quatre coins du salon.

Nous nous enivrons de caresses, des baisers, nos doigts sont impudiques.

Sous les draps, peau contre peau, nos souffles se mélangent.

Bientôt, nous fusionnons, nos regards ne se quittent plus.

Tu me serres plus fort, me lacérant le dos.

Je respire à plein poumons ta fragrance poivrée.

Mary est sans interdits, lascive, joueuse, la température dans l’alcôve ne cesse de grimper.

Ton front perle lorsque que tu me chevauches.

Des gouttes de sueur s’éteignent sur mon visage.

Tes seins pointent, l’extase progressivement nous saisit. 

« Mary, cesse de te mouvoir ainsi, je n’en puis plus « 

Le radio réveil affiche deux heures et dix minutes.

Mes seuls compagnons sont mes oreillers.

Mary, ma quête, ma mine d’or, ma soie, m’a abandonné. 

Grimace ! Grimace ! Tristesse ! Tristesse !

Ma complice est un être impalpable, lointaine.

Une ombre qui ne cesse de me fuir..

Bras en croix sur mon drap pourpre, j’attends un signe céleste.

Un tour de passe passe.

Pour que, Mary apparaisse dans l’encadrement de la porte.

Mon effrontée , dénudée, offerte, pour de longues heures de plaisirs.

Ton portrait sur le bureau m’interpelle.

Je m’en empare, le pose contre mon coeur.

Tu ne reviendras plus jamais.

Mary….Dieu ! Que tu me manques.

Texte protégé Copyright © 2018 Ricardo SANTIAGO

MA VIE 23 (Mary à tout prix )

commentaires

Haut de page