Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES CHRONIQUES DE RICARDO 294

par chroniquesterriennes.over-blog.com 27 Octobre 2019, 10:19

Glauque François, suite et pas fin..

Nous y sommes !

Banlieue morne, désolante, immeubles de béton et une ravissante salle des fêtes...

Des moutons ont été sacrifiés, l’ambiance est en surchauffe, j’avoue, le trac me paralyse.

Dans le public, d’énormes mangeurs de Nutella qui prennent facilement deux places pour poser leur énorme séant.

Quelques fumeurs de joints (certainement des plombiers) et autres étrangetés du 93 comme des jeunes pauvres en pantalon déchiré.

On me souffle à l’oreille, que les frusques négligés et en morceaux c’est la mode.

Des gamins courent partout comme des rats effrayés dans une cave.

Les peintures du lieu sont défraîchies, ça sent le graillon.

Je voyage au fond de moi, pour trouver les forces nécessaires à la réussite de mon show , mes glauguettes sont prêtes, en tablier à carreaux et sabots.

Musique, je brille de partout avec mon costume à paillettes, mes danseuses me suivent en se mélangeant les pinceaux.

« Le téléphone pleure…. »

« Maman est près de toi, il faut lui dire, maman c’est quelqu’un pour toi « 

Le public est chaud, ils lèvent les mains vers le plafond avec des chalumeaux, jolis moments d’émotion.

Des filles partent en hurlant la tête en feu, c’est magnifique ces corps qui s’illuminent, ces hurlement d’hystérie et de douleur. Madame O, très myope, jette des seaux d'eau au hasard. Comme il fait froid, ça gèle, avec les gens qui flambent ça fait Holiday on ice, mais en moche. C'est très intéressant.

Je suis parvenu avec une chorégraphie pour trisomiques à parfaitement synchroniser mes danseuses sur une chanson con pour mères au foyer.

Une dernière chanson pour la route, là, c’est plus tendu, plus nerveux comme rythme.

« Le lundi sous la pluie, c’est un jour qu’on oubliera jamais, sans (bis) parapluie, on a les cheveux tout mouillés « .

La foule est hystérique, baston générale, des voiles s’envolent, des moutons encore vivants bêlent d’admiration, coups de hache, coups de poings (à la ligne), petites culottes arrachées, jamais eu un tel succès.

Sous bonne escorte, nous rentrons dans notre campagne, loin du chaos sympathique mais éreintant de l’endroit.

La prochaine fois, concert dans le nord chez les mineurs…

Au nord c’était les cons ronds…Ça promet !

Ricardo Santiago le 22 octobre 2019

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes

commentaires

Haut de page