Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES CHRONIQUES DE Ricardo 317

par chroniquesterriennes.over-blog.com 30 Novembre 2019, 08:19

Nous lisions la montagne de textes Rome Antique et désabusés, qui, de jour en jour, grimpe toujours plus haut vers la voie lactée.

Le constat était sans appel, le propos guimauve, dramatique, sommaire, accaparait une grande partie des réseaux sociaux.

Je devais me plier à cette évidence, cesser toute pointe de cette ironie opaque et sans avenir.

Voici aujourd'hui le Ricardo nouveau, lequel, comme cette adolescente aperçue hier sur Youtube, va gloser sur sa morne existence.

A vos marques, prêt ? Partez !

Six heures du mat, j’ai des frissons et je lève le son.

Dépeigné, un peu fripé, je zigzague jusqu’aux…

PUB : ZOBI LA CHEMOU, LE DÉODORANT À L'HUILE DE PALME , POUR VOUS LES HOMMES.

Jusqu'aux toilettes où rien ne se passe, car je suis un immortel.

Ce vieux réflexe de mortel, je l'oublie vite en nageant dans ma chicorée, olé.

Madame O dite V, dite J, secoue son micro puis demande toute mon attention.

PUB : T'AS DES MORPIONS ? AVEC STOP MORBAC, FINI LES GRATOUILLES.

Madame O jette son micro sur le sol, déploie ses ailes, ouvre la fenêtre et s’envole.

Sur un nuage, elle bouge son bras droit, c’est sa manière de me dire bonjour. Sa tendresse bizarre enchante ma vie.

Douche, rasage, bain de pieds, je suis fin prêt pour prendre le train de six heures cinquante huit minutes.

Miracle ! Je suis assis, je bouquine une œuvre sur la fin de vie des pygmées en milieu hostile.

Quarante minutes plus tard, gare du Leste, puis métro et ligne 4.

Un indigent sinistre nous demande un peu d’argent pour finir son mois.

Il nous narre la séparation d’avec sa tortue Hermann dont il était follement amoureux

PUB : TU SENS MAUVAIS DE LA BOUCHE D'ÉGOUT ? AVEC CANIGOU, FINI LES ODEURS DE REFOULEMENT.

Je te jure, sur la tête de Mac Rond, nous avons pleuré à son récit dramatique.

Tous les voyageurs lui ont filé du fric, des billets de cent euros.

Le salaud, il s’est fait des couilles en or avec ses problèmes !!!

Travail, aujourd’hui, défilé de jeunes filles en jupe courte.

Mais, pas question de me laisser déconcentrer, je parcours des tableaux auxquels je ne comprends rien.

Repas de midi, nouilles, lards, saucisses, saucissons, porc sous tous ses formes.

Comment arriver à bon port.

Travail de nouveau, puis chemin inverse vers chez moi.

Danse des canards sur le quai, lancé de slips, normal quoi.

Madame O est à la droite de Dieu auquel je demande les six numéros du loto.

La nuit étend son manteau sombre, Madame O pour m’endormir me narre Massacre à la tronçonneuse, son roman préféré. Sa voix me berce.

Je rêve de membres éparpillés et du son apaisant de la tronçonneuse.

Allez à demain..

Ricardo Santiago le 19 novembre 2019

L’image contient peut-être : plein air

commentaires

Haut de page