Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mon pote Skippy

par chroniquesterriennes.over-blog.com 19 Septembre 2020, 10:07

Mon pote Skippy
Il nous épatait vraiment dès qu’il arrivait en faisant des petits bonds, nul ne pouvait rester insensible à son charisme légendaire, sa grande queue et sa poche sur le devant.
Il aurait pu ressembler à un koala ou même à un dingo auquel il s’apparentait un peu lorsqu’il avait plu et qu’il s’ébrouait comme un chien, mouillant au passage ses voisins.
Non ! Il a le look kangourou et connaît parfaitement l’anglais australien qu’il a dû apprendre dans les immenses plaines de là-bas.
L’anglais classique est raide, assez peu amusant, voire ennuyeux et arrogant, une langue de coincé du derche.
Mais l’anglais australien est animé, toujours en mouvement avec des petits bonds successifs à chaque phrase et même des galipettes quand on conjugue au subjonctif. C'est très festif la grammaire en anglais australien.
Pour tout vous dire et malgré l’amusement que procurait cette vision surréaliste d’un type avec une queue derrière, une poche devant et son anglais australien, il m’agaçait, car le regarder réaliser ses cabrioles me torturait le cou, ma tête ne cessant de le suivre de bas en haut et de haut en bas. Quel guignol !
Néanmoins, il plaisait à la gente féminine, était-ce son don pour l’anglais australien qui les charmait ou simplement cette queue énorme qu’il trimballait partout ?
Nous apprîmes qu’Il était parvenu à séduire avec ses petits sursauts savoureux une « écrivaine » spécialisée en écrits vains, bien connue du sud de la France (enfin... Bien connue dans son immeuble et chez le boulanger dont elle fut la femme, la fameuse femme du boulanger).
J’ai appris il y a peu que les clowneries de notre homme kangourou ont fini par lui coûter cher. D'abord, l'écrivailleuse a dévoré son petit pecule avant de senfuir en ricanant comme une hyène et aussi, alors que dans les forêts il sautillait aimablement (et un peu bêtement aussi, il faut bien le dire), des abrutis de chasseurs l’ont pris pour cible.
Dieu merci ! Il est en vie mais il emmerde les infirmières, sautant désespérément dans son lit à la grande fureur des malades qui n’en peuvent plus d’entendre les bruits assourdissants qu’il occasionne en retombant sur son lit.
Il ne manquait plus que ça avec le Covid…
Pourvu qu'il l'attrape ! Ça le calmera.
Ricardo Santiago le 08 septembre 2020
L’image contient peut-être : herbe, plein air, texte et nature
 
 
 
81
Personnes touchées
2
Interactions
2
 
 
J’aime
 
Commenter
 
Partager
 
 

 

commentaires

Haut de page