Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je me la pète grave.

par chroniquesterriennes.over-blog.com 10 Septembre 2021, 07:42

Je me la pète grave.
Les propositions tombent comme les feuilles mortes en automne.
D'enthousiasme, j’ai bien envie de me faire une teinture marron, une teinture du cheveu.
Paraître plus jeune pour les journalistes qui viendront me demander des interviews.
Titi, mon frère de sang, a des cheveux tout marron et le succès lui est tombé dessus, d’un coup.
Primes, augmentations de salaire, nanas à chaque bras…
Mais, en ce qui me concerne, le succès arrive avant même que je me sois teint les tifs.
Des dizaines d’éditeurs frappent à ma porte, passent par les fenêtres et la cheminée.
Ils s’arrachent mon manuscrit… Hum ?
Evidemment, il y a une petite contre-partie, oh petite, mais bon…
Je dois leur refiler du fric, de l’artiche, du pognon, du flouze, du pèse, de la fraîche...
Doux Jésus ! On n'a rien sans rien.
Pas grand chose, mille, mille cinq cent, deux mille et, en format luxe, trois mille euros.
Pour vivre euro, vivons cachés.
Ensuite, ils m’envoient quelques trente à quarante exemplaires que je vais devoir vendre moi-même personnellement pour ma part en allant me prostituer aux terrasses des cafés.
J’irai dans le 93 ou place Stalingrad.
« T’en veux ? T’en veux ? C’est du bon livre, sniffe et tu verras « .
« C’est de la bonne encre « .
Sinon je les offre à tout le monde, gratuit.
Je regarde la teinture pour cheveux de mon frère, in fine.
Plutôt que d’écrire, peut-être devrais-je faire le gigolo.
Odile m’arrache la teinture des mains et la balance à la poubelle. C'est une femme de principes et en plus, elle sent bon, ce qui n'a rien à faire dans ce récit, mais j'avais envie d'écrire ça.
Alors, je vais l'écouter, rester moi, envoyer au diable cette mafia d’éditeurs peu scrupuleux.
... Et continuer d'y croire.
Ricardo Santiago le 05 septembre 2021
Peut être une image de livre
 
 
 
 

 

commentaires

Haut de page