Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À SUIVRE ?

par chroniquesterriennes.over-blog.com 21 Juillet 2017, 09:25

À SUIVRE ?

Ce manteau cintré lui sied à ravir mais d'où vient-elle ? Qui l'a déposée au coin de la rue ?Comme souvent, Madame gratifie son compagnon, de performances théâtrales magistrales ; Jouant avec ravissement les vierges effarouchées. Néanmoins, son carnet d'adresses est puissamment fourni. Chez elle, c'est toujours journée portes ouvertes, dès qu'un type lui paie un verre. L'impudique lève les yeux au ciel lorsque son mari fait grimper sa voix de quelques octaves, Inutilement. La nuit grignote des secondes, des minutes, des heures. Miam ! Miam ! L'infidèle dort à cent lieux de son légitime . Machinalement, il inspecte le placard, dans le cas, improbable, où un amant s'y nicherait. Le matin étend sa morosité, la maison pleure, les larmes roulent dans la gouttière et sur les carreaux des fenêtres. Snif ! Snif ! Celle qui a juré fidélité disparaît dans le brouillard. " À ce soir ! ou peut-être pas ". Après un voyage en Transport en commun, arrivée de notre héros au boulot où ses collègues lui serrent la pince comme le petit prince. Ses narines se remplissent de l'hypocrisie ambiante. Il débute sa journée en se confiant à son ordinateur qui gardera tous ses secrets. Le temps s'effiloche, les aiguilles des horloges courent pour un marathon sans fin. Son portable vibre à 19 H, la grande âme tombée des cieux l'extrait de sa torpeur cérébrale. Averse de mots doux, frissons, il a hâte qu'elle descende de son nuage, comme le marchand de sable. Poum ! Poum ! En attendant, la ville est moche, trop de pauvres. C'est quoi leur histoire ? Où sont les gens censés les protéger ? Dans des voitures rutilantes, d'autres, ne savent plus quoi faire de leur argent, pas juste ! Sur les Champs Elysées clinquants, charmants, plein de mots en "an", c'est le repos du guerrier, il sirote un café à un euro vingt, soit une conversion en ancien francs de.....Sa maitresse apparaît, ses ailes bien cachées, si les gens savaient que c'est un ange, elle finirait dans une cage. Ses grands yeux verts sur lui se posent, elle se penche vers son visage pour un tendre baiser. Sourire, dents blanches, mouvements de hanches, quelle chance d'être son amant ! Comme d'habitude, la déesse a vu les choses en grand, hôtel quatre étoiles sous un ciel de pleine lune. Attention au grand méchant loup ! La beauté fatale se dévêt petit à petit, bientôt ses vêtements jonchent le sol. Excité, son pantalon sur les chevilles, il saute comme un kangourou pour la rejoindre. Les enfants sont couchés et pour eux, la nuit va commencer. La langue de sa muse lui vrille le palais, indomptable, alors qu'il fait courir ses doigts sur sa peau de pêche. Parfois, il se heurte à des courbes affolantes. Leurs corps fusionnent, brûlants, prêts à exploser de bonheur.
La lionne pleine d'ardeur, ronronne, soupire, se laisse emporter sur les rivages interdits qui jouxtent le Paradis. Son Roi la picore descendant jusqu'à ses monts soyeux puis avec délicatesse, il s'abreuve à la source de son intimité. Elle se cabre brusquement à l'instant où ses sens interdits s'affolent. Un téléphone sonne, qui ose interrompre cette ode à l'amour ? C'est la femme de notre protagoniste qui s'inquiète de son absence...Suspens insoutenable, qu'adviendra-t-il de nos deux tourtereaux ? Pierre qui roule amassera-t-il mousse ? Vous le saurez si l'auteur de ces lignes veut bien continuer ce charmant récit.

Texte Protégé Copyright © 2017 Ricardo SANTIAGO

commentaires

Haut de page