Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des eaux et des bas..

par chroniquesterriennes.over-blog.com 17 Juillet 2011, 16:54

 

L'œil morne on regarde dehors, c'est l'été, on se croirait en automne, il pleut...Les agriculteurs sont aux anges, le gouvernement aussi qui n'aura pas à mettre en place un plan sécheresse.

 

Les plantes sont heureuses, les arbres, la végétation entière, sauf nous avec nos regards perdus et mélancoliques.

 

En ce qui me concerne (oui j'aime bien parler de moi, je me trouve sympa comme tout), je m'en moque un peu de cette eau que nous déverse le ciel, demain je vais travailler alors il peut tomber de la pluie toute la journée, je serai dans mon bureau devant mon ordinateur.

 

Parfois, devant la machine à café mais pas trop longtemps sinon on va m'accuser de ne rien faire.

 

Bon, moi j'adore mon boulot, mes collègues, les collègues des autres, les chefs, sous chefs, les cadres inférieurs, les cadres moyens et les cadres supérieurs qui sont plus grands que moi et que je regarde en me tordant le coup. Mon Dieu que vous êtes grands !

 

Mais, là, je pense aux pauvres vacanciers, qui font des kilomètres pour trouver le soleil et qui rencontrent un temps pourri pendant 15 jours, il étaient déprimés en partant, il sont suicidaires en revenant au travail.

 

Cela étant, quand tu as fait plus de 1000 kilomètres avec le petit dernier qui hurle comme une sirène pendant des heures, ta femme qui hurle également parce que tu as loupé une bretelle, les deux autres gamins qui se collent des pains dans une agitation extrême...Et que après ce calvaire, tu arrives enfin et qu'il tombe des cordes...

 

Alors tu pries, chaque jour pour que revienne le soleil mais il ne vient pas, dans le club tout le monde fait la tête, les animateurs font ce qu'ils peuvent pour te distraire, jeu de cartes, petits chevaux, monopoly....tu es malheureux comme une pierre..

 

Tu longes la plage avec ta femme, les gosses sont en club enfants, tu es tout mouillé, la voute du ciel est uniformément grise....Tu pleures, ta femme pleure, tes gosses vous voient pleurer, ils s'y mettent également.

 

Enfin les vacances se terminent, ouf, presque heureux de retourner chez toi, revoir ton patron acariâtre et là....Pouf le soleil revient...Comme si il te faisait un bras d'honneur...Tout le long du chemin, le ciel bleu...bleu, bleu......

 

Ricardo SANTIAGO le 17 juillet 2011

commentaires

Haut de page