Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le lundi c'est dit...

par chroniquesterriennes.over-blog.com 5 Décembre 2011, 08:07

 

Je m'interrogeais sur cette œuvre qui était la mienne, ce blog, tous ces textes, ces lecteurs assidus qui viennent chaque jour lire mes textes (3)....

 

Certains blogs peuvent engranger plus de mille lecteurs, je faisais mon petit compte dans mon coin, sur une seule main, avec mes doigts, comme mon nombre de lecteurs plafonne à 3 ou 4 par jour, le calcul n'était pas trop ardu....

 

Sur ce, pris d'un coup de déprime, je décidai comme tout auteur maudit de me taillader les veines, mais au moment de passer à l'acte, je me suis dit que c'était franchement infecte, tout ce sang qui gicle partout, sur les murs et qui rend, forcément, le sol glissant...

 

Après réflexion, je m'orientai (passé simple) vers le suicide aux médicaments mais me voilà en train d'imaginer un lavage d'estomac, sauvé à temps...Blurp....

 

Sauter sur les rails quand arrive un train à vive allure ? Finir haché menu, c'est guère appétissant et pour peu que l'on se rate...

 

Embaucher un tueur à gage et au moment où vous ne vous y attendez pas, il vous balance du plomb dans le buffet...Finir sur une table d'autopsie comme dans les experts ou NCIS....Découpé en rondelles, non merci..

 

La corde ? J'aime pas, ça pique, le cou.....La tête dans un sac poubelle ? J'aime pas, je suis claustrophobe....

 

Inhaler les vapeurs de son pot d'échappement ? Pardon, j'aime pas polluer.

 

On dit que respirer des ampoules basse consommation cassées, c'est dangereux, il y a du mercure dedans...Mais pour passer dans l'autre monde, il faut en rompre énormément et respirer ce satané mercure....Ca pue le mercure....

 

Puis ? Le soleil m'a fait de l'œil, il m'a tiré de mes idées noires en me caressant de ses rayons de feu, il a écarté les nuages, il m'a montré les ondulations de la nature....J'ai souri, j'ai pensé aux gens que j'aimais et je me suis dit que la vie valait la peine d'être vécu...

 

Dehors, le vent se faisait complice, il me soufflait que l'espoir était du monde des vivants, j'ai ravalé quelques amertumes et j'ai continué à avancer....

 

Ricardo SANTIAGO le 07 mars 2011

 

commentaires

Haut de page