Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes amis et les autres...

par chroniquesterriennes.over-blog.com 1 Janvier 2013, 12:15

7571249894_c325b65bf3.jpg

Armé de bûches de Noël et de galettes de Roi, il est sorti le grand soir pour lutter contre la racaille qui se déverse sur la capitale. Le justicier dans la ville est d’humeur maussade, il n’aime pas les fins « damnées », ni le 1er janvier, il n’aime rien. Si nettoyer la ville des voyous qui la gangrènent…

 

Il erre dans la cité, les nuits baignées dans un brouillard anxiogène où les loups sont  prêts à mordre l’innocent  qui revient d’une soirée bien arrosée ou la jeune ingénue qui ne connait pas les dangers qui rôdent.

Ces salauds qui se complaisent dans la violence, le pillage, la destruction jouissant de la peur des autres et du malheur qu’ils rependent.

 

Justement, là, au coin d’une rue mal éclairée, trois branleurs s’activent, briquet, essence, prêts à incendier une voiture…Charles, puisque c’est le nom de notre héros, se profile débonnaire, il les hèle (sans L et sans ailes)… »Cette voiture est à moi »…Ils ricanent, ne le prennent pas au sérieux, s’approchent en roulant des mécaniques…Sales dans leur tête, sales dans leur âme. Souillés de la tête aux pieds.

 

Lui est aussi expressif qu’un sphinx, il sourit énigmatique. Sans qu’ils puissent réagir nos vilains reçoivent un coup de bûche glacée dans leur face hideuse…Puis des pruneaux de fèves…Ils hurlent…Il dégaine son pistolet crème chantilly…Ils s’enfuient, lui les mains sucrées et un peu grasses, les regarde s’éloigner manger par la nuit…Encore une victoire du bien sur le mâle (enfin les mâles)..

 

Morale de cette histoire, Ricardo n’en a pas fini d’écrire des histoires, que ça plaise ou pas. De toute manière ceux qui ne voulaient plus me lire, on soit eu la courtoisie de me le dire, soit ont disparu dans les interstices comme des insectes et je ne les ai plus jamais vus…Merci donc de nouveau à ceux qui s’attardent sur mes petits récits.  Et bonne année 2013, pleine de mots mais pas de maux…

 

Votre serviteur… Ricardo SANTIAGO le 1er janvier 2013

 

 

commentaires

Haut de page