Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour vous

par chroniquesterriennes.over-blog.com 19 Mai 2013, 05:02

P1030917.JPG

La ville dort, le ciel pleure, on attend en vain quelques lueurs de soleil, un bout de ciel bleu et des instants heureux.

On est jeté là sur cette terre, on aimerait bien que notre court voyage soit serein mais le chaos jette son ombre inquiétante.

Aujourd’hui je pense aux uns et aux autres et je n’ai pas le désir de me torturer l’esprit, advienne que pourra, je profite des miettes d’espoir que je picore.

Je gomme les aspérités de médiocrité qui parfois nous égarent. Je ne veux pas chuter, je ne souhaite regarder que les bons côtés.

Je désire pardonner car moi aussi j’ai pêché, voilà ! Je retire mes ailes, je les pose devant vous, elles sont fausses, vous vous en doutiez.

Oui, je suis comme vous, vivant d’angoisses et de joies, j’avance quoi qu’il en coûte.

Lorsque je me retourne j’aperçois les fantômes du passé.

Je suis mélancolique parce que je ne peux plus les embrasser, les sentir contre moi mais je me dis qu’ils n’ont pas disparu dans les limbes et qu’ils sont encore tout près. A  mes côtés.

Ce dimanche, même si les nuages sont de bien piètres compagnons dont on se passerait volontiers, je puise le meilleur.

Je vais sourire à la vie et lorsqu’il faudra pleurer, je n’hésiterai pas à verser des larmes, je ne  travestirai pas mes sentiments, mes humeurs, je resterai moi avant de disparaitre  dans le brouillard et d’enlacer les âmes  du passé.

Ricardo SANTIAGO le 19 mai 2013

 

commentaires

Haut de page