Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retour en fanfare

par chroniquesterriennes.over-blog.com 13 Juin 2013, 06:28

P1010139

Retour en fanfare. Je vous ai manqués ? Ouais !? Forcément. On a chacun ses petites préoccupations. Je vais bien, enfin plus ou moins. Mon blog a fait le plongeon, normal, j’écrivais plus. Le cercle d’admirateurs (10 personnes) n’étant pas extensible, dès que je ne l’alimente plus, il rejoint les tréfonds du néant.  J’ai retrouvé ma box, une nouvelle à dire vrai, récupérée dans une supérette, le fameux point relais. Que dire ? Rien ! Mardi. C’était avant-hier, très agréable journée, je vous assure. Des sourires à la pelle, on se serait cru dans un mauvais film où tout le monde est gentil. Rien à signaler alors ? Hélas, le mercredi est arrivé (donc hier) et là les masques sont tombés. Ouf ! Retour à la réalité. Pudiquement je ne parlerai pas des abrutis qui sont légion dans les transports en commun. On ne va pas refaire l’éducation des gens, les parents étaient certainement aussi cons que les rejetons qu’on croise aujourd’hui. Je lis le Figaro que mon copain de l’UMP m’a prêté (oui je ne fréquente pas que des personnes de gauche et des socialistes qui sont comme les baleines, en voie de disparition). Que lis-je ? Qu’un ancien Ministre s’octroyait des primes conséquentes arrosant  également ses plus proches collaborateurs. Il devait considérer qu’il faisait du bon travail. Ces cadeaux étaient-ils  déclarés au fisc ? Au nom du père, du fisc et du saint esprit. Amen ! Décidément les grands patrons qui nous gouvernent ne s’appliquent pas ce qu’ils  font subir aux pékins que nous sommes. Ils méritent bien mieux.  Mais parlons de moi, qui suis la personne que je connais le mieux et que j’apprécie beaucoup. Mercredi, les masques tombent. Les voici les faces hideuses. Les sourires d’hier n’étaient qu’un leurre, le leurre et l’argent du leurre. Chausses  trappes diverses, ils vomissent leur mesquinerie, leur méchanceté, leur bêtise, épaisse, gluante. Dieu que ces personnages sont laids, petits, si petits…Mais qu’importe ! Les vilains sont toujours punis à la fin. Je fais donc avec. Je compose, un peu, je balance mes vannes, je leur montre que je ne suis pas dupe. J’analyse chacun d’eux, je sais que je n’ai rien à attendre d’eux, si ce n’est le pire. Il faut se faire à cette idée, sans doute sommes-nous les seuls dans l’univers, la terre, l’unique endroit où la vie a prospéré et que fait-on ? On se massacre, on se torture, on viole, on se hait, pour un Dieu qui peut-être n’existe pas, pour un pouvoir éphémère, pour X raisons, parfois tellement futiles qu’on en pleurerait. Si un quelconque Dieu existe, il doit pleurer chaque jour devant ces Frankenstein, ces monstres qui n’ont pour seul but que de se détruire. Jeudi ? C’est une autre journée et c’est maintenant.  Mais vous mes chers lecteurs, vous n’êtes pas comme ça ? Ricardo SANTIAGO le 13 juin 2013 (ouh ! deux 13 !)

commentaires

Haut de page