Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rien à dire ou si peu !

par chroniquesterriennes.over-blog.com 25 Juin 2013, 05:48

3622616345_4edd6ff3a8.jpg

Faut rester cool ! Tu vois bien (tu permets que je te tutoie ?). Slurf ! Pardon, je prends ma tasse de café. Voilà. Je m’essuie la commissure des lèvres. Tiens et les lièvres ont-ils des commissures ? Où en étais-je ? Oui…Donc, tu vois bien, dans quelle situation on est. Les pieds dans l’eau, la morosité dans le cerveau et pas une minute sans que ne tombe une mauvaise nouvelle. Même hier dans les experts à Miami (ami ami), l’une des héroïnes dont j’ai oublié le nom devenait complétement sourde. En même temps, actuellement, la densité de conneries débitées est si grande que je crois qu’il est préférable de ne  rien entendre.  Au regard, slurf ! (je continue à boire mon café pendant que vous dormez encore) donc, de tous ces éléments déprimants nous devrions (slurf) nous blottir les uns contre les autres et patauger dans l’amour pendant que le bateau coule. Franchement ! Quel panache, trépasser dans l’onde glacée dans un dernier soupir de réconfort avec les êtres adorés. Que nenni ! Du palier au dernier étage, vous ne croisez que des mines déconfîtes, qu’on fit, que vous fîtes (je me la pète). L’humain se recroqueville sur lui-même et s’enferme dans un nombrilisme destructeur. Je sais ! Je sais ! J’écris bien.  Personne n’écoute personne   . Unissons-nous mes biens chers frères ! Le Seigneur a dit « venez à moi », encore faut-il qu’il nous montre le chemin. Vous savez où il est  Dieu ?  Faisons l’amour (avec les précautions d’usage). Vous ne trouvez pas (slurf) que le préservatif n’a rien de glamour ?. Pffff ! Le temps d’ajuster ce machin. Oh ! Mais je me perds en circonvolutions littéraires vaines et je m’aperçois que je n’ai plus de café dans ma tasse.  Voilà ! J’ai évité dans ce texte-shop de parler de Pierre, Paul, Jacques (je les aime bien ces 3 las ou là). Maintenant je me verse, derechef, du café, vous ouvrez un œil, puis deux, puis trois…Vous allez sur FB, vous lisez ou pas mon récit et vous pleurez d’allégresse devant cette page qui fera date dans l’histoire, tout comme son auteur (1m80) qui a n’en pas douter, sera figé dans l’éternité. Amen ! 

Ricardo SANTIAGO le 25 mai 2013

commentaires

Haut de page