Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tranche (s) de vie de 1 à Fin

par chroniquesterriennes.over-blog.com 13 Octobre 2012, 15:37

523059557_e2c09d201c.jpg

 

Train, métro, jambes furent en ce vendredi les différents moyens de locomotion qui me permirent d'aller sur mon lieu de travail.

 

Baise main au Directeur puis urbanités diverses...et arrivée dans mon spacieux bureaux...Long silence...Que va-t-il encore inventer se demande le douzième lecteur assidu (oui je ne vais pas au delà de douze lecteurs) ?

 

Je réfléchis ??? Que vais-je maintenant raconter...Donc je suis devant mon ordinateur, je lui demande de s'ouvrir, il est incapable de s'allumer seul cet abruti. Je fais l'effort d'appuyer sur le bouton ON....Et la lumière fut !!!

 

Je fais le poisson rouge, yeux ouverts, je dors mais tout le monde pense que je travaille..Or je bulle. Oui, poisson rouge + bulles= rires assurés.

 

Après avoir rêvé que je travaillais..Je me réveille pour manger. Quand je m'astique, j'écoute mes collègues, enfin, non je ne les écoute pas, je ne les écoute jamais...Ils ne parlent que de travail ou de leur famille..Mon mari ceci, ma femme cela, mes bambins...Je mastique et tout ce flot de paroles est une immonde bouillie.

 

Je retourne devant mon ordinateur, pas tout de suite...J'ai rendez-vous avec la machine à café.

Un café, deux cafés, 101 cafés....Déjà deux heures de passées .Le Directeur surgit courroucé. Un dossier que je n'aurai pas remis à temps...Je ne sais pas de quel dossier il me parle, je ne sais même pas ce que c'est un dossier.

 

Je hoche de la tête pour lui faire plaisir, il me hurle dans les oreilles, je bois la dernière gorgée de ma 1547 tasses de café.

 

Je vais aux toilettes, je m'installe et je lis tous les gratuits qui me passent dans la main...3 heures viennent de s'écouler.

 

C'est quand même bien le monde du travail, déjà l'heure de rentrer...Le Directeur a fait une attaque les pompiers sont là, sans doute était-il trop énervé.

 

Je hurle sur mon ordinateur pour qu'il s'éteigne...

 

Pffff...ça ne fonctionne jamais et je dois faire l'effort suprême d'appuyer sur le bouton off..

 

A suivre pour qui veut..

 

Je rentre à la maison, le train est bondé, je m'allonge sur une banquette, les gens n'osent pas me demander une place..Je rêve que je travaillais (nuance) et j'arrive chez moi...Ma femme avec son tablier m'attend. Chaque jour à la maison c'est Masterchef...Je suis l'unique membre du jury.

 

Si le repas me plais, ma femme est récompensée (je lui offre mon corps), sinon ce sont les tests sous pressions...Cuire une dinde sous une pluie battante, faire un cassoulet sur des charbons ardents.

 

Pendant que je regarde la télé, mon épouse m'évente..Puis me masse les orteils.

 

La vie de couple c'est pas toujours simple. Je me couche, elle me raconte une histoire pour que je m'endorme.

 

Le matin ma Ricoré m'attend, ma femme s'active, elle a peur des prochains tests sous pressions. Le lait de ma Ricorée est à la juste température, je coche un point supplémentaire sur la grille de notation.

 

Chaussures cirées (un point de plus), pantalon repassé (un point de plus), mince ! Le col de ma chemise...Un pli (3 points de moins). Souhaitons que ce soir le repas soit royal, sinon....Dès que j'emploie le mot test ! Ça créé un drôle de climat.

 

Ziva ! Ou vas-y...Train. Je marche sur les pieds des gens, leur balance mon sac en pleine poire, j''arrache une vieille femme de sa place pour m'y mettre. Un semblant de révolte ? Je sors mon calibre (????), mon pistolet...Le calme est retrouvé.

 

Je dors d'un œil au cas où...Gare de l'est....Métro. Un roumain chante (mal), je le sors hors du wagon, applaudissements du public en délire. J'arrive au taf. Le Directeur tend la main pour le baise main quotidien...

 

Je ne suis pas d'humeur, moi aussi je suis sous pression, ce col mal repassé...Au moment où j'allais arracher la main à mon supérieur..Elle est apparue...

 

Mon cœur s'est arrêté...Une nouvelle employée, le regard doux, de longs cheveux qui tombent en cascade..De longues jambes, je suis sous le charme. Je fonce dans mon bureau. Tout le monde s'étonne du zèle que je mets à taper sur mon écran...Des minutes et des minutes...A écrire.

 

Je lui ai composé mille poèmes, je deviens gaga...Son visage s'impose, je ne mange plus, à la cantine, déferlent les lamentations, elle est là...Je souris bêtement. Je ne sais même pas si elle s'intéresse à moi.

 

Je l'invite à la machine à café pour lui faire découvrir mon univers, café lyophilisé, chocolat au lait, 100% cacao, expresso... Je lui explique les différentes sortes de gobelets, leur structure, leur poids. Elle a l'air fasciné. Je retourne avec grand peine devant mon ordinateur.

 

A chaque fois que je la croise dans l'escalier, j'ai le cœur qui s'arrête de battre..Je vais mourir d'amour. Ce soir je vais l'inviter à prendre un verre..Ma femme ???? Oh ! On verra.

 

L'ombre de la nuit étale son manteau. Elle est dans la rue, sous le feu des lampadaires...Je m'approche. Soudain surgit un homme, il lui sourit. Ouille ! Elle s'approche de lui, ils s'embrassent. Je comprends.

 

Ce soir...j'ai mon humanité qui est revenue. J'ai laissé une personne âgée prendre ma place. Je suis entré à la maison..J'ai embrassé ma femme. Je lui ai enlevé son tablier, on a fait l'amour. Puis je lui ai préparé le repas...

 

J'ai retrouvé mon âme, j'aime de nouveau...

 

Fin

 

Ricardo SANTIAGO le 13 septembre 2012

 

 

 

 

commentaires

Haut de page