Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un goût de rien 5

par chroniquesterriennes.over-blog.com 1 Avril 2013, 09:04

289250683_5cc1c82e0d.jpg

Je suis bien, Chatelet, derrière les quais.  Vie de couple. J’ai trouvé un job à la Fédé. Une association d’industriels qui faisaient dans la récupération. Là, 5 femmes. Mme LD, poupée Barbie un peu fanée et sans Ken Mme D qui fumait comme un pompier, Mme B, vieille dame qui maniait le français avec une certaine élégance, Mme M, rouquine toute en rondeurs et qui recherchait comme une affamée un homme pour  l’enflammer. Melle S,  sympathique mais qui fréquentait un mec qui passait son temps à se foutre d’elle.  Et moi….Je faisais des photocopies, je faisais des envois, et non des renvois, je mangeais des plats  dans la petite cuisine où on se réunissait.

Ici c’était un jeu de massacre perpétuel, chacune des secrétaires ayant un sens aigu du savonnage de planches.

Ce panier de crabes me fascinait et le soir je m’affairais afin de devenir vraiment un homme.

Les garçons naissent dans les choux.  Mademoiselle B n’a pas des allures de chou. Mais un jour, miracle ! Le mystère de la vie. Et la fin d’une histoire. Petite boule, qui hurlait chaque nuit, biberon piège à con. Je préfère les femmes qui donnent le sein, saint ! Saint !

Il y a de la friture sur la ligne, je sentais que cette naissance, nous conduisait droit au gouffre. Tous les samedis je m’occupais du nain hurlant et Mademoiselle B qui avait besoin de prendre l’air disparaissait toute la journée.

Mademoiselle I faisait de la danse, croisée dans la rue, elle avait cet air altier qu’on parfois les danseuses.  Mon monde à droite prenait l’eau alors à gauche je voulais m’évader et prendre un peu de plaisir. Après moult flagellations parce que je ne voulais pas tomber dans le pêcher, je me suis laissé tenter par le diable.

Mme I était très expressive et j’en ai été assez surpris, au loin le Titanic s’enfonçait dans les eaux déchainées.  Un beau matin ? Mademoiselle B changea de nid, j’en étais fort désolé. Sous le bras, le nain hurlant.

Nouvelle vie.

Ricardo SANTIAGO le 31 mars 13

commentaires

Haut de page