Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIP

par chroniquesterriennes.over-blog.com 9 Juin 2012, 17:23

 

Les lauriers ont gagné, j'ai sorti l'arme de destruction massive de haies, « l'alligator » mais rien à faire, ils sont toujours à me narguer. Ces bestioles poussent comme des mauvaises herbes, s'étendent à l'infini...Qui suis-je moi pour prétendre les vaincre ?

 

Mon voisin a fini chez les fous, il a tué sa femme avec son pied à coulisse, il a voulu m'occire cependant une météorite lui est tombée sur la tête mais le bonhomme est en fer..Dingo mais vivant.

 

Voir épisodes précédents..Une nuit, le VIP, « very impotent papy » a pris la poudre d'escampette en rigolant comme un dément et a été avalé dans la nuit. Vengeance !

 

Chez moi, c'est comme chez les incas, sacrifice...Pas de jeunes vierges, impossible à trouver, non..Des lauriers...Je sors mon briquet et je les brûle. Je sens leur cri silencieux de lauriers qui souffrent.

 

Le feu de joie brille sous les étoiles, des voisins se sont invités, on mange des merguez, du poulet, on boit, c'est la fête. J'allume la sono, bien à fond, on danse, un type grisonnant nous demande si c'est ici l'orgie..Je crois reconnaître un homme politique célèbre...Non ici on ne mange pas de ce pain là. Il repart la queue entre les jambes, un peu triste je crois.

 

Quelle soirée !! les gendarmes sont venus bouger avec nous, les pompiers aussi, ils veulent nous bizuter ces grands garçons vigoureux...Non pas de claques sur les fesses, les amis.

 

C'est la fête des Maires, ils viennent de tous les villages, le jardin ne peut contenir tout ce monde, ça déborde sur les trottoirs, la lune brille...

 

VIP arrive enfin, son ennemi, moi, suis là, flirtant avec deux nouvelles copines, il hurle sa haine, je lui pardonne, lui dis que je l'aime. Il brandit son pied à coulisse.

 

Et là....Un troupeau de zébus qui passait par là, fonce sur lui, l'écrabouille..Il se relève mais des éléphants qui n'avaient rien à faire ici, l'écrasent de plus belle.

 

C'est dommage, je l'aurais bien invité à prendre un verre. Le pied à coulisse à survécu. Je le récupère ça peut être utile.

 

La fiesta se poursuit...Sous le regard inquiet des lauriers qui savent ce qui bientôt les attend.

 

 

R de SANTIAGO le N'oeuf juin...(oui je sais comment s'écrit neuf).

 

commentaires

Haut de page