Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Zola m'a tué.

par chroniquesterriennes.over-blog.com 9 Septembre 2011, 06:00

 

Tu parles d'une vie. A peine revenu de vacances, le bronzage encore frais, la mine joviale et reposée, te voici reparti pour des journées de labeur.

 

Pour toi, pauvre banlieusard qui n'a pas les moyens d'acheter à Paris voire d'y vivre, l'infernale voyage débute par le train où tu supportes, les gens mal réveillés, les rombières qui critiquent leurs collègues, les jeunes qui s'explorent les oreilles avec leur MP3.

 

Tu vois défiler les sinistres paysages où se dressent des barres de béton en attendant d'affronter le métro.

 

Avant de descendre dans les sous sols de la peur, tu dois t'armer tel le justicier dans la ville pour affronter les dangers qui guettent.

 

Roumains musiciens adeptes d'un top cinquante musical archaïque qui te cassent les oreilles, bande de mioches qui telle une armée de Huns viennent te piquer ton portefeuille, SDF, ton chemin de croix débute dans les couloirs labyrinthiques du métro parisien.

 

Après avoir survécu en traversant la rue, les automobilistes ne s'arrêtant pas aux feux rouges où tu risques d'être emplafonné à chaque instant, le saint graal apparaît enfin. Ton lieu de travail.

 

Accueilli avec des sourires de convenance, tu supportes les hypocrisies quotidiennes en t'activant pour quelques deniers.

 

Tu te fourvoies dans le stress, une pause, tu vas manger avec tes collègues qui ne parlent que boulot où balancent de sournoises vacheries sur les absents qui ont toujours tort.

 

Travail derechef. Rangers, tenue de combat, la journée est terminée et tu rentres chez toi.

 

Un peu ensanglanté après avoir bataillé ferme avec des dealers qui voulaient te faire la peau car tu avais osé les regarder, tu t'assoies épuisé sur la banquette du train.

 

Tu écoutes d'une oreilles les conversations stériles, tu vois défiler d'un air bovin les paysages, tu arrives chez toi, tu regardes à la télé des émissions débiles, des séries télé lamentables, des informations déprimantes..Tu n'en peux plus. Tu te jettes du rez de chaussée de ton pavillon.

 

Tu te détruis le genou, tu pleures, tu es en arrêt maladie....Au moins tu pourras te reposer enfin. A cet instant ton voisin passe la tondeuse. Tu sors ta carabine...

 

 

Ricardo SANTIAGO le 08 septembre 2011

 

 

 

 

 

commentaires

Haut de page