Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Zola m'a "tuer"

par chroniquesterriennes.over-blog.com 19 Janvier 2013, 14:17

8383544189_85f67bf8a4.jpg

 

C’est la crise et je fais les soldes, ça a toujours été la crise. Crise de joie de par le monde lorsque je suis né. 

Crise d’emploi quand j’ai commencé à travailler. Crise d’identité….Pas un moment où on est tranquille.

Je peux vous parler de ma triste vie. Puisque qu’on en est là, crise de larmes, pourriez-vous sortir vos mouchoirs, SVP.

Ma mère qui allait à l’usine au petit matin blême (merci les violons), dans le froid, les pieds nus. Mon père disparu dans d’étranges circonstances, on parle d’une rencontre d’un troisième type.

Nous vivions dans un petit studio (bon, tu pourrais arrêter de faire grincer le violon) avec une infâme propriétaire qui nous envoyait les huissiers à la maison.

Des mecs cravatés et sans pitié qui nous intimait l’ordre de payer alors que nous étions désargentés (snif).

Pour nous en sortir nous chantions dans le métro, boulot, dodo. Les gens nous prenaient en pitié nous filaient quelques francs (oui je suis vieux, à l’époque ce n’était pas des euros).

Le soir à la chandelle, EDF nous avait coupé l’électricité, je faisais mes devoirs, le ventre vide, pendant que ma mère ronflait sur le canapé élimé.

Finalement un jour je fus visité par la fée clochette qui me proposa d’aller au bal pour rencontrer une princesse et qui sait me sortir enfin de cette panade moi qui était un bien piètre élève et qui allait suivre le chemin de l’usine avant qu’elle ne soit délocalisée.

Bref, me voilà dans une rutilante Ferrari, filant vers le château, là les convives en tenue de soirée me jaugent, de toute façon je suis parfait et je sais que la princesse ne va pas résister bien longtemps.

Mais cette fée clochette a oublié de m’attacher les lacets et je me gaufre par terre. Tout le monde se fiche de moi, je passe pour une truffe et la princesse qui est une truie avec le QI d’une huitre se tape sur le ventre.

Je me sauve, ma Ferrari se transforme en citrouille, je prends le métro et puis je prends une amande et dans les couloirs sombres, je me fais dépouiller.

Je rentre chez moi, enfin,  ma mère continue à dormir. Je ne suis pas sorti d’affaire.

Ricardo Zola SANTIAGO le 18 janvier 2013

commentaires

Haut de page