Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DIMANCHE 25 FÉVRIER 2018

par chroniquesterriennes.over-blog.com 24 Février 2018, 17:04

DIMANCHE 25 FÉVRIER 2018

À mon réveil, tu étais à mes côtés.

La nuit avait été longue, mon sommeil erratique.

Le berger allemand d'en face, aussi crétin que ses maîtres, m'avait réveillé en aboyant.

Je m'apprêtais à déjeuner, esseulé, face à mon bol de Ricoré.

Mais, ton corps aux courbes si avenantes était niché dans mes draps.

Ton souffle brûlant m'enveloppa d'une couverture réconfortante.

Tes lèvres caressèrent les miennes.

Ta langue si indocile visita mon palais, puis, elle rencontra la mienne.

Tes baisers étaient des braises, dans lesquelles je me jetais sans fin.

Mes mains remontèrent ta nuisette sur ta peau de pêche.

Tes yeux de Jade esquissaient un royaume mystérieux dans lesquel je m'égarais avec volupté.

Ta chevelure couleur corbeau reposait sur l'oreiller, vague sombre et soyeuse entourant ton visage de déesse.

Ta voix dans ces moments de complicité prenait une intonation presque chantante.

Je ne m'étonnais pas que tu sois à mes côtés, tu étais une évidence.

Je vivais un songe dans un univers de marbre, façonné par l'hiver.

Quitter ce fantasme eut été criminel pour mon coeur de cristal.

Alors que le soleil étendait ses rayons dans la chambre, dans tes sables émouvants, je voyageais.

Les aiguilles des horloges s'étaient figées.

Être au plus près de ton âme, faire corps, rien n'était anodin quand nous faisions l'amour.

Ces moments étaient précieux, délicats, suaves, inénarrables.

Mon regard balaya l'alcôve, anxieux, tu n'étais brusquement plus là.

Mes pas résonnèrent entre les murs de carton, je te cherchais partout mais tu n'étais nulle part.

Le portable vibra, un S aime S de toi.

" N'oublie pas que je t'aime "

Un frisson parcourut le long de mon dos, certainement quelques esprits inquiets de mes tourments.

Devant mon bol fumant, la mine boudeuse, mon Ange, je me languissais de ton absence.

Texte protégé Copyright © 2018 Ricardo SANTIAGO

commentaires

Haut de page