Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

" île " et " ailes "

par chroniquesterriennes.over-blog.com 25 Août 2017, 21:22

" île " et " ailes "

L'onde cristalline me porte vers mon île de désolation.

L'endroit a perdu de son attrait.

L'effervescence d'hier a fait place à un calme qui m'asphyxie.

Aucun bruissement n'est perceptible.

Il ne subsiste que des ectoplasmes qui se baladent sur des photos aux reflets ternes.

Postures de comédie, sourires de circonstances et derrière la façade une froide asthénie .

Je parcoure des sentes oubliées, heure après heure, le portable est en deuil de ton absence.

Tu navigues dans dans tes chimères indomptables qui Jamais ne te lâchent.

Mon exil forcé doit m'aider dans ma quête de pardon.

Une punition nécessaire mais qui fait de ma vie un purgatoire.

Nul ne va me consoler et juguler mes larmes, en ces temps de pénitence.

La barrière de mes émotions cède mais ne m'aide pas.

Ma maison de carton est une prison d'où raisonnent des rires d'enfants.

Ma grande âme, combien de temps vais-je rester ainsi confiné ?

Guettant un geste amical de ta part, mes pensées s'entrechoquent.

Dehors, La lune poursuit assidûment le soleil.

Leur manège est habituel, Ils se cherchent sans jamais se trouver.

Pas comme nous ?

Dis !?

Ma prima donna, je t'imagine, la cigarette aérienne, alors que dansent des volutes indociles.

Ta silhouette apparaît, ton ombre s'ébauche sur le lino .

À la campagne, les habitations s'alignent comme des soldats, sagement.

Des champs partent à la rencontre de forêts où se perdent ceux qui s'ennuient.

Installé sur mon fauteuil, j'observe cette scène dont tu es l'héroïne.

Dans le salon, tes yeux de jade se promènent à l'intérieur de mon décor poussiéreux.

tu as cette mine de désapprobation qui me charme.

Là, Ma tête repose sur tes genoux, tu caresses mes cheveux avec délicatesse.

Ta bouche aux pétales pourpres me narre un de ces récits épiques dont tu as le secret.

Ma lumière, promets-moi de ne pas vaciller me laissant esseulé dans ce tunnel ténébreux.

Les images éclatent telles des bulles de savon.

Toujours Robinson sur ce rocher, mon éternelle, tu es à la fois si loin mais au fond si proche.

Texte Protégé Copyright © 2017 Ricardo SANTIAGO

commentaires

Haut de page