Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE VOYAGE DE L'ANGE

par chroniquesterriennes.over-blog.com 16 Mai 2017, 05:53

LE VOYAGE DE L'ANGE

Là-haut, je touchais le soleil, sautillant d’étoile en étoile.

Il m'arrivait, parfois, de lustrer la lune pour qu’elle brille comme un sou neuf.

À d'autres instants, je chassais les nuages, luttant vaillamment contre les orages qui grondaient.

Ces journées étaient harassantes pour un archange chétif.

Je m'interrogeais...

Pourquoi
continuer dans l’ombre à batailler en vain ?

je questionnais Dieu, « A quoi bon Seigneur ? ».

« Vous prêchez l’amour du prochain et c’est la haine qui règne sur le monde ? ".

Pour seule réponse, le Créateur fit disparaître mes ailes.

Après une chute sans fin, je m'écrasais sur un sol aride.

Assommé, étourdi, déboussolé, chez les humains, ma quête débuta.

J'observais, effrayé, cet univers aperçu de mon perchoir céleste.

Les premiers temps furent laborieux et cruels.

Des indigents dormaient sur le sol, sans que nul ne paraisse s'en soucier.

La violence faisait son œuvre, quotidiennement, j'étais saisi de nausées.

L'individualisme proliférait, chacun s'imaginant inestimable.

L'appât du gain écrasait, sans relâche, les plus vulnérables.

Mon âme était malmenée par des visions insoutenables.

Surtout ! Ne pas être contaminé par cette inhumanité servile, vénale, dénuée de pitié.

Nonobstant, les flammes de cet enfer se dissipèrent, progressivement,sans prévenir.

Une jour, des mains saisirent d’autres mains, relavant ceux qui avaient leur matelas sur le bitume.

Dans des alcôves, des couples s’enlaçaient, s'offrant des caresses généreuses.

Leur épiderme frissonnait de contentement.

Ailleurs, on sauvait des vies avec un dévouement qui forçait le respect.

Dans les musées trônaient des tableaux flamboyants, des sculptures gracieuses bercés par des mélodies capiteuses.

Les rues apportaient leurs lots de surprises inouïes, musiciens éphémères ou graffitis gravés pour des décennies.

Des déluges d'émotions m’éloignèrent loin de mes préjugés.

Il y a de l'amour et de la compassion, ici.

Finalement, Je comprenais...

Elle est apparue au moment où mon cerveau vacillait, mes certitudes s’étant effondrées.

Précieuse, elle promenait sa silhouette un peu altière.

Je m’approchais, poussé par une étrange sensation.

Quels furent mes premiers mots ?

Les anges n’ont pas de sexe, dit-on.

Des sentiments désordonnés m'envahissaient,mon sang bouillonnait, mon coeur s'emballait.

Vers où me conduisait cette odyssée ?

La Dame me narra ses souffrances, ses doutes, ses joies, ses calvaires.

Que pouvais-je bien lui répondre ?

Je l’écoutais pendant des heures, fasciné par sa prestance cristalline.

Mon être était vrillé par un mal énigmatique et inconnu.

Les prémices indisciplinées de la passion, certainement !

Lorsqu'elle posa ses pétales de rose sur mes lèvres, je compris le sens de mon aventure.

Dieu avait raison.

Il ne faut jamais désespérer de l’Humanité !

Texte protégé Copyright © 2017 Ricardo SANTIAGO

commentaires

Haut de page