Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES ENVAHISSEURS 2

par chroniquesterriennes.over-blog.com 17 Septembre 2018, 21:20

LES ENVAHISSEURS 2

Résumé du premier épisode : Vous n'aviez qu'à lire le premier.

Madame O Vincent, dont les chiens sont attachés et entravés dans leur appétit de scrotums venus d'ailleurs, est parvenue par la ruse à attirer à elle un peu scrupuleux envahisseur.

Ce pseudo humain se nomme Piétro al Coulisso.

Son cerveau est un disque dur qui régurgite les informations les plus pointues.

Tout comme les plus absurdement saugrenues.

Madame O Vincent veut étudier de plus près ce visiteur d'un autre monde.

Néanmoins, elle semble se laisser envoûter par les envolées lyriques de notre homme qui n'en est pas un.

Il sont, désormais, dans une alcôve feutrée, après que notre personnage d'une planète lointaine eut déployé tout un arsenal de séduction.

Madame O Vincent a toujours développé une grande curiosité pour les civilisations disparues ou pas encore apparues.

Elle l'observe se dévêtir dans l'obscurité, un objet oblong de la forme et de la couleur d'un cucurbitacée luit et crève la pénombre.

Madame Vincent ouvre des yeux sidérés.

Il s'approche à pas de félin. Va-t-on assister au premier accouplement entre un extraterrestre et une terrienne ?

Dans une machine à laver, la mère Denis tente de s'échapper du tambour dans lequel elle se trouve emprisonnée.

Elle balance des coups de battoir contre le hublot.

Impossible de s'en extraire...

Excusez-moi, j'ai changé de chaîne...

Je zappe...

Nu, le sabre laser dressé, l'envahisseur est à quelques mètres de Madame O, visiblement captivée, hypnotisée par le spectacle étrange et cette lueur qui danse dans la pénombre.

Des grognements viennent briser l'ambiance spectrale.

Piétro hurle sous la clarté de la lune.

Les chiens se sont libérés de leurs liens et se sont jetés sur les noix dodues de Piétro qui disparaît dans un nuage de fumée.

Madame Vincent n'a pas le temps de se remettre de ses émotions, apparaît dans l'encadrement de la porte, une vieille femme trempée et savonnée, c'est la mère Denis.

À suivre...

commentaires

Haut de page