Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES MOTS DE RICARDO 156

par chroniquesterriennes.over-blog.com 31 Mai 2019, 20:09

LES MOTS DE RICARDO 156

Cher Johnny (virgule)

Tu (puis-je te tutoyer ?) ne me connais pas vraiment, pourtant je suis plus proche de toi que tu ne peux l'imaginer.

Car....Je suis ton fils (vlan ! Carrément).

Papa, comme toi, je transpire surtout quand je chante (enfin, hurler est plus approprié) .

Mes origines belges (donc tiennes), m'égarent parfois vers des plaisanteries idiotes, l'amour de la nourriture grasse et pisser devant tout le monde (comme le Manneken Pis qui est exhibitionniste notoire, il faut en convenir).

Quoi ma gueule ?

Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?

Si ce n'est qu'elle te ressemble (brun, hâlé, yeux sombres héros, olé ! )

Maman t'a rencontré lors d'un concert de la prostate où tu te déhanchais sur des rythmes rock endiablés.

Dans la foule des admirateurs, ton oeil acéré ne tarda pas à dénicher cette beauté qu'était ma génitrice.

Puis, dans un hôtel, nuit d'amour, nuit d'ivresse, sautillant à pieds joints avec ton jeans jusqu'au lit où ma mère dansait le long des golfs clairs.

Et quelques mois plus tard, j'apparaissais, père.

Si tu me voyais...

Je fredonne sous la douche, porte un blouson en cuir noir avec un aigle sur le dos, et des bottes de moto.

Quel bonheur d'être ton fils !

On m'a dit que ta santé était chancelante, voire que tu avais un pied dans la tombe.

Dédaignant les bombes, père, je souhaite ardemment te rejoindre.

Nous nous ferons un gros câlin puis... Je devrai te quitter.

À dire vrai, actuellement, la vie n'est pas facile pour moi.

Je double des films pornos, pas physiquement, les voix uniquement (on a de la morale).

Un emploi mal payé, purement alimentaire.

Papa, je t'aime (Fort)...

Pourrais-tu avoir l'extrême gentillesse de me donner un peu de monnaie (celle que tu n'as pas versée aux impôts) et me coucher sur ton testament.

Ton fils qui t'adore, te vénère et t'en remercie d'avance.

Je t'attends, je t'attends tout le temps. Inutile d'en perdre davantage.

Ricardo Santiago, le 31 mai 2019

commentaires

Haut de page