Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MA VIE 143 (Paulo et sa valise)

par chroniquesterriennes.over-blog.com 28 Septembre 2018, 08:36

MA VIE 143 (Paulo et sa valise)

Lundi…..Je pousse des cris de chauve-souris pour ne pas me prendre les murs.
La litanie du début de semaine peut débuter.
Eternel recommencement.
Nous sommes en mars, un coup de mars et ça repart !
Le printemps arrive tranquillement sous le ciel gris.
Une douche, deux douche, douche à douche (France un point ! ).
Après avoir lavé Maria, c'est Ricardo aux muscles sculptés qui joue dans histoire d'eau.
Ensuite, je déjeune, bol de Ricoré, céréales, jus, oranges ! Ô rage ! Ô désespoir !
Mon vieux voisin a scié mes lauriers durant la nuit, il est sympa, je n’ai pas déboursé un euro.
Il en avait à scier de les voir !
Comme quoi, il faut laisser faire les bonnes âmes.
Je lui demande s’il ne veut pas tondre ma pelouse, gentiment.
Le bonhomme hurle, Dieu sait quoi, brandissant son poing, virgule.
Dans le train, Paulo est avec sa valise à roulettes, toujours radieux, il a dansé samedi et dimanche, là, il fait un pas de deux avec sa valise.
Cette rencontre du troisième type, me fascine, salsa, tango, valse, danse des canards, danse avec les loups...Rien ne résiste au talent de Paulo.
Le wagon abrite, ceux qui ronflent, ceux qui regardent le paysage, moi qui lit les mauvaises nouvelles et Paulo qui enlace sa valise, l’embrasse, la bichonne, la tripote.
Mes valises sous mes yeux sont bien moins gracieuses que la sienne.
Gare de l’est…Paulo se sauve avec sa valise comme un amoureux avec sa dulcinée.
Parvenu au travail, j’ouvre mon ordinateur, salutations à Madame V qui m’offre un café, coucou à Dodo qui rentre ses abdos.
Dodo est gros mais beau, il a des pattes de serins, toujours calme et serein.
Serein ne vois-tu rien venir !?
Avalanche de Mails !
De quoi tu te " mail" ?
Mes pensées se baladent, j'imagine Paulo lovant passionnément sa valise...
Cette image me réconforte pour attaquer mardi..

Texte Protégé Copyright © 2018 Ricardo SANTIAGO

commentaires

Haut de page