Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MA VIE 64 ( rêveries d'une nuit d'été )

par chroniquesterriennes.over-blog.com 1 Juillet 2018, 08:53

MA VIE 64 ( rêveries d'une nuit d'été )

Vous m'aviez mis des ailes dans le dos, mon esprit, nonobstant,vagabondait vers des appétences inavouables.

J'étais perché sur mon nuage, et, en bas, dans cette fourmilière humaine, je la remarquais.

Rien ne m'avait préparé à un tel choc.

Elle avait accroché mon regard et même lorsque je la perdais de vue, son visage apparaissait continuellement, devant moi.

Ses cheveux blonds comme un champ de blés , ses yeux bleus, cette silhouette gracile, me poursuivaient jusqu'au plus profond de mes songes agités.

Mais, les archanges n'ont pas le droit de goûter aux ébats interdits.

Je souffrais continuellement de mes combats intérieurs.

Respecter les dogmes ou les briser.

Les lois célestes me clouaient à la dévotion éternelle, loin des plaisirs charnels.

" Dieu ! Pardonnez-moi, cependant, puis-je croquer au fruit défendu ? "

Une fois...

Une seule !

L'orage a grondé, colère et désapprobations se manifestèrent dans mon univers si codifié.

Dieu est amour.

Soudain, mes plumes s'éparpillèrent aux quatre vents.

Combien de temps, dura ma chute ?

La bouche sèche , les cheveux désordonnés, mon premier contact sur la terre ferme fut désagréable.

J'étais devenu un être de chair et de sang, loin de toute évanescence .

L'appréhension qui m'avait gagné, s'était progressivement muée en une volonté de fer.

L'approcher, enfin.

Vite !

Pas besoin de boussole pour la retrouver.

Vous me conduisez vers elle.

" Seigneur ! Quels sont vos desseins ? "

Dans l'encadrement de sa porte, elle apparut.

Je connaissais les moindres détails de son existence.

Son mari, ses enfants, son confort ouaté, cette insouciance qui caractérise les gens à la vie paisible et sans relief.

Ce n'était pas bien !

Ces idées sensuelles dans mon cerveau.

" Voulez- Vous, Dieu, tester ma loyauté en vos préceptes ? "

Son regard croisa, soudainement, le mien.

Le temps s'était joué de moi, les événements s'étaient précipités.

Incontrôlables..

À moins que....

Vous ne les ayez volontairement hâtés.

Sur un banc, mon amoureuse éphémère m'expliqua ses doutes.

Amour, fidélité...

Enfer et damnation !

Et ? Si l'on déviait du chemin (?)...

Sa jupe remontait le long de ses cuisses laiteuses.

Ma main attirée, se posa sur sa peau divinement suave.

Les nuages s'amoncelaient, juste au-dessus de nos têtes.

Elle me narrait le processus infernal de la promiscuité qui conduisait son union à la dérive.

Ces petits détails qui bousillaient les rêves d'antan.

Cette vie bien structurée et ennuyeuse.

Ces nuits ternes.

Ces jouissantes artificiels....

Le parc regorgeait d'endroits invisibles pour s'y cacher.

La damnation me guettait...

Allongée, ses yeux brillaient comme des étoiles.

Mes lèvres se posèrent sur ses pétales roses.

Mes doigts glissèrent sur la moindre parcelle de ses courbes.

Son triangle des Bermudes était une source chaude dont je ne reviendrai pas.

Les vignettes de la famille parfaite pleuvaient sur mon esprit au bord de la rupture.

Nos corps fusionnaient.

Ses miaulements me poussaient à aller toujours plus loin.

J'avais honte.

La violence de mon acte n'était, malgré tout, nullement une barrière à l'excitation qui s'était saisie de tout mon être.

Jusqu'à, l'extase finale.

Pas le temps d'écouter les battements de son coeur, d'admirer son visage épanoui.

Tout mon être fut happé, sans égards.

Retour chez moi, accablé et désespéré.

Dans mon univers nébuleux, je traîne mes ailes retrouvées.

Dieu va-t-il me jeter hors de notre maison ?

Non !

Il est altruiste, sachant pardonner.

Ma divine dans son pavillon de banlieue est heureuse.

À n'en point douter, tout comme moi, elle songe aux instants merveilleux que nous avons vécus.

Qui sait ?

Peut-être ai-je sauvé son couple de la dérive.

Cette pensée me soulage, un peu.

Puis, je me fourvoie vers mes missions divines....

Texte Protégé Copyright © 201 8 Ricardo SANTIAGO
.

commentaires

Haut de page