Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ma soeur tu n'as rien vu venir.

par chroniquesterriennes.over-blog.com 25 Septembre 2015, 15:09

Tu es envolée comme les volutes de fumée qui tourbillonnent vers le ciel où tu as, j'en suis certain, trouvé ta place.

Tant de jours passés à briquer et sans t'en apercevoir, s'écoulent les heures, les jours et les années.

Tu te morfondais dans cette banlieue grise et sans espoir, pourquoi n'as-tu pas cherché à te sauver ?

Pour venir chez toi, je devais grimper ces escaliers froids qui me conduisaient dans ton appartement, sans la moindre saleté.

Tes vitres étaient transparentes à force de les frotter, mais mon Dieu, pourquoi es-tu restée ?

Au début, tu m'as regardé comme un étranger, un enfant tombé du ciel, un peu distante, je n'aimais pas ton environnement.

Puis, tu as compris, je n'avais rien demandé, alors tu m'as apporté un peu d'amour, tout en continuant à faire briller ton appartement.

Pendant ce temps, tu n'as pas vu, Venise et ses canaux qui serpentent, Florence et ses anges qui déploient leurs ailes dans des décors d'argent et d'or.

De Paris, tu n'as aperçu que quelques photos, de Londres des images sur papier glacé, et filent les années sans pouvoir être rattrapées.

Qu'il était sombre cet endroit, pourtant par ta présence, tu l'illuminais d'un sourire désarmant, t'occupant sans relâche de tes enfants.

Ta maman, tu lui en voulais d'être partie, sans comprendre, à l'époque, toutes ces histoires d'adultes qui te dépassaient.

Est-ce pour cela que tu t'es accrochée à ta famille qui s'agrandissait petit à petit ?

Je suis devenu grand, lassé des portes qui se fermaient, au loin j'ai griffonné un récit plus clément.

Ma soeur, sans doute as-tu poursuivi ton existence de petite fourmi besogneuse.

Je me demande, parfois, si ton appartement a conservé son lustre d'antan.

Ou si depuis ton absence, il a été envahi par les souillures du temps ?

Si c'est le cas, à quoi bon tant t'être usée.

Protégé Copyright © 2015 Ricardo SANTIAGO

Ma soeur tu n'as rien vu venir.

commentaires

Haut de page