Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Celle qui ne s'aimait pas

par chroniquesterriennes.over-blog.com 31 Juillet 2017, 10:07

Celle qui ne s'aimait pas

Ne plus être soi !

Composer, encore et encore !

Regarder, stoïquement, la scandaleuse faire son petit numéro !

Cinéma dans le salon où claquent les portes, dans l'automobile où des cris s'échappent, dans la chambre où les murs tremblent !

Garder enfoui profondément son mal être, cette animosité qui vous dévore comme un cancer.

Lundi, la journée s'ouvre sur cette abeille qui traverse le salon, plein de fiel !

Mal habillée, mal maquillée, mal lunée, le mal incarné.

Il se tait, attend qu'elle disparaisse de sa vue.

Retour en arrière !

La gamine rend fous ses parents.

Nous sommes dans une petite ville de province où chacun s'épie pour mieux cracher son venin.

15 ans, sa virginité est bradée !

Rapidement, elle devient une poupée, enchaînant les oui, inconsidérément !

Ses attraits sont bafoués pour revêtir les habits pouilleux de l'irrespect !

Elle collectionne des dizaines d'amants sous le regard scandalisé de sa famille !

Elle ne s'aime pas, ne se respecte pas.

Dans son dos sa réputation file comme une traînée de poudre, fille de rien !

À 19 ans, elle part à Paris dans un studio purotin où elle se vautre dans le purin !

Les petits amis défilent dans son lit, le compteur s'affole !

Un jour, elle croit trouver l'amour.

Aux caprices d'un gigolo, elle se plie .

Pieds en éventail et braguette béante, elle l'entretient pendant plus de deux ans.

Finalement, elle se décide ,après une violente dispute, à le jeter dehors.

Le SDF ira à n'en point douter chercher une autre proie.

L'aventure continue, chaotique !

Boîtes de nuit, soirées d'ivresse et de luxure où elle s'abîme avant de rencontrer le benêt idéal, l'amoureux parfait !

Elle s'invente un passé de carmélite !

Mariage rapide, croisière, passion de Cristal qui ne tarde pas à se fissurer.

Un, deux puis trois enfants !

Une ! Dix ! Vingt infidélités.

Pourquoi se renier après tout ?

Le mari ne voit rien des traîtrises de la succube qui partage sa vie, subissant mille affronts.

Le pauvre ! Qui croyait avoir bâti la famille idéale, arrondissant les angles lors de tempêtes mémorables.

L'agressivité de l'époux est tapi au plus profond de son âme torturée, il la dompte pour éviter qu'elle n'explose.

Pour se sauver, il court vers des bras bienveillants.

Mais, les sirènes dociles qu'il croise, s'avèrent être de cruelles mégères qui le rejettent sur les rives de la désolation.

Alors ? Il pleurniche sur la corniche !

Personne pour le consoler.

Les enfants sont partis, ils ont grandi.

À qui se confier ?

Les amis se gaussent, sa famille ignore ses appels au secours !

Des voix morbides l'attirent vers le gouffre sans fond de l'oubli éternel !

Le pavillon s'effondre, les murs sont lépreux, les meubles à l'abandon.

Un jour, il croise un ange tombé d'un nuage.

L'être, désarticulé comme un pantin, blessé, a dans sa besace un flacon d'espoir .

Ils se cachent dans un jardin secret, soignant leurs plaies.

L'homme retrouve un coeur rasséréné, le messager ses ailes réparées pour voler.

Une page va être tournée, une harpie chassée !

J'aime les histoires qui ont une fin heureuse....

Texte Protégé Copyright © 2017 Ricardo SANTIAGO

commentaires

Haut de page